Paris plage sous surveillance : 500 policiers mobilisés

11846654_1599178087001263_7410111446375536419_n

Le 1er Ministre Manuel Valls appelle à la fin du déferlement de bêtise et apporte son soutien  total à l’initiative de la Ville de Paris et à la journée festive de Tel Aviv sur seine à Paris Plage.

Israël en France.  "Paris plage sous surveillance". 500 policiers mobilisés pour assurer la sécurité des visiteurs. Un rendez-vous festif et culturel pour la Mairie de Paris mais une provocation pour ses détracteurs qui organisent une contre- manifestation (RTL, 7h30).

Il semble aujourd'hui plus instructif de constater ce qui n'est pas ou peu mentionné dans les médias que de définir une analyse éditoriale.

Valls ne fait pas la Une. Au contraire et malgré un traitement médiatique très important ce matin dans les journaux d'informations des radios généralistes (RTL, France Inter, Europe 1, France info), la prise de position du 1er Ministre Valls sur les réseaux sociaux est peu reprise, y compris sur les médias en ligne généralistes. Relayé régulièrement par la presse écrite quotidienne nationale, son appel à la raison et au bon sens ne fait pas néanmoins l'objet de titre, d'accroche, ou d'intertitre, à l'exception d'une simple brève dans le quotidien économique les Echos.

Les opposants à la Une.   Depuis le début de la semaine, les opposants à cette journée israélienne à Paris auront fait l'objet d'une attention médiatique particulière. Interrogés régulièrement sur France inter, France info ou Europe 1, à des heures de grande audience, ils ont pu exprimer leurs opinions et largement médiatiser leur contestation. Interrogé jeudi matin sur Europe 1 (8h20), après France info mercredi ( 7h45), le secrétaire général du parti de gauche,  Eric Coquerel, rejette pourtant toute idée d'avoir mis de l'huile sur le feu et même d'être à l'origine de la mobilisation contre cet évènement qu'il espère voir se passer au mieux.

La voix des Parisiens inaudible.   A part France Info ce matin et Europe 1 hier, très peu de grands médias se font l'écho de la parole d'Israéliens de Tel Aviv, de franco israélien ou de Parisiens. Axés sur les commentaires politiques ou les mesures de sécurité, le traitement de l'information n'aura été jusqu' à présent que politique alors que l'évènement se voulait populaire. Seul le Parisien donne aujourd'hui la parole à DJ français, ayant vécu à Tel Aviv, "qui a accepté de participé à cette soirée pour faire connaître la ville" ( Encadré le Parisien)

Pourtant, lorsque des citoyens ont  la parole, comme mercredi  lors de l'émission de Jean Marc Morandini, le grand Direct des médias (Europe 1 – de 9h à 11h) présentée cet été par Thomas Joubert, la majorité des personnes intervenues à l'antenne ont semblé outrées par une  polémique déplacée qui attise les tensions d'un conflit qui n'a pas lieu d'être importé en France.

"Cela n'a rien à voir avec le drame palestinien". "Je ne comprends pas que cette manifestation fasse polémique" déclare Valérie Pécresse jeudi matin sur RTL. Il s'agit d'une polémique scandaleuse aux relents antisémites, estime la députée des Yvelines, qui "n'a rien à voir avec le drame palestinien.

"Ridicule et démesuré". C'est  l'avis du quotidien libéral l'Opinion. La journaliste Béatrice Houchard déplore "la fête oubliée de Tel Aviv sur seine". l'Opinion estime en effet que "l'extrême gauche s'est déchaînée et que, ce qui devrait être qu'une rencontre festive, "a pris un tour politique ridicule et démesuré". Comme l'admet aussi Libération, "une seule opposante de gauche a réussi à entailler sa majorité municipale"'.

Pourtant, Libération estime à sa Une que par son initiative, la Mairie de Paris  a relancé "le débat sur les moyens de mettre un terme à la colonisation". Dans un éditorial titré "Courage" la directrice adjointe de la rédaction, Alexandra Schwartzbrod, appelle même au "boycott des produits israéliens". Des prises de positions très affirmées bien loin des intentions des organisateurs de cette journée. Comme l'a déclaré le 1er Ministre Manuel Valls  : " Halte au déferlement de bêtise"

Table des matières