Visite en France de la vice-ministre israélienne des Affaires étrangères

Visite en France mercredi de la vice-ministre israélienne des Affaires étrangères  Tzipi Hotovely.


Israël en France.
L’actualité israélienne est trop faiblement traitée aujourd’hui dans les médias français pour faire l’objet d’une analyse éditoriale représentative.

Seules des campagnes de promotion anti israélienne ont été relayées par France Inter lors de son journal de 8h ainsi que dans une double page parue aujourd’hui dans Libération. Dans le contexte où Israël, depuis plusieurs mois,  est la victime quasi quotidienne d’attentats terroristes palestiniens,   cet écho médiatique militant est à noter de la part de journalistes appartenant à de grandes rédactions.

Contexte Proche et Moyen-Orient.

Nouvelle attaque terroriste palestinienne. Bien que les médias français s’en fassent très peu l’écho, l’ensemble des médias israéliens font leur Une sur les nouvelles attaques terroristes palestiniennes contre des civils israéliens.

Attaque à la voiture bélier, au couteau, les actes de terreur sont quotidiens.

11 israéliens ont été blessés lundi après-midi par une voiture bélier qui a foncé sur eux pour les tuer.  Cet attentat a été commis à l’entrée de Jérusalem par un palestinien qui a été neutralisé avant de pouvoir commettre un attentat de plus grande envergure (Ynet).

Un nouveau type de terreur défie le monde entier. Le Premier ministre Netanyahu, a qualifié la vague d’attentats palestiniens qui sévit actuellement en Israël, comme « un nouveau type de terreur, commis par des individus qui nous défient,  nous et d’autres pays». (Ynet)

« Nous agirons sans cesse afin de combattre le terrorisme et je n’ai aucun doute,  qu’à la fin,  nous vaincrons”, a ajouté le 1er ministre Netanyahou.

Abbas justifie ce “soulèvement populaire”. Dans ce contexte, où lundi soir, deux autres israéliens ont encore été attaqués à coups de pierre en Cisjordanie, les médias israéliens rappellent les derniers propos du leader de l’Autorité palestinienne.

Selon M. Abbas, il s’agit d’un “soulèvement populaire justifié”. Les jeunes palestiniens se révoltent selon lui, en désespoir de cause, parce qu’une solution à deux Etats ne vient pas.

Sondage : 67% des Palestiniens considère que les attaques contre les israéliens sont justifiées selon Israel hayom.

Il faut rappeler que le Premier ministre Netanyahu s’est à nouveau prononcé devant l’Assemblée générale des Nations Unies, le 29 septembre dernier, pour une solution à deux états et la reprise immédiate et sans conditions des négociations avec  les Palestiniens.

Israel condamne les propos d’Abbas.   « Il ne peut jamais y avoir de justification d’un terrorisme aveugle commis contre des populations civiles, comme nous l’avons vu aujourd’hui », de la part du leader de l’AP, a déclaré lundi le porte-parole du gouvernement israélien Mark Regev (Ynet)

Le Hamas appelle les Palestiniens au djihad. Selon Times of Israël,  Khaled Meshaal appelle les Palestiniens a renoncé à l’idée de la paix, pour adopter le djihad. Les armes comme les kalachnikovs ou les missiles ne sont pas à portée de main, mais il y a des couteaux et des voitures avec lesquelles on peut foncer sur les ennemis, » a-t-il ajouté.

Halte à l’incitation à la haine. Les responsables israéliens ont affirmé à plusieurs reprises que l’incitation à la violence de la part des dirigeants palestiniens alimentait l’actuelle vague d’attaques terroristes.

Mesures de sécurité préventive. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a demandé lundi soir que des barrières de béton soient placés devant des centaines d’abris d’autobus à Jérusalem pour protéger les voyageurs contre ce genre d’attaques terroristes, ont indiqué ses services dans un communiqué.

«L’attaquant s’est fait passer pour un reporter, il portait une veste marqué «Presse» et disposait d’une caméra»

Le 16 Octobre 2015, en Judée-Samarie , un soldat israélien a été blessé par un terroriste palestinien déguisé en journaliste. «L’attaquant s’est fait passer pour un reporter, il portait une veste marqué «Presse» et disposait d’une caméra» explique un porte-parole de l’armée israélienne. Le terroriste a poignardé dans le dos et dans la main le soldat avant d’être abattu par les forces de défenses israéliennes.  Le jeune soldat de 20 ans, grièvement blessé, a été évacué par le Magen David Adom vers l’hôpital le plus proche à Jérusalem.

L’Association de la presse étrangère (FPA) a condamné l’incident comme étant une « évolution inquiétante » et a appelé « toutes les organisations des médias palestiniens à vérifier immédiatement les informations d’identification de presse ».
« Nous déplorons totalement cette violation du privilège de la presse et appelons les organisations locales des médias palestiniens à vérifier immédiatement toutes les informations d’identification de presse afin de s’assurer qu’il n’y a pas de violations », a déclaré le FPA dans sa déclaration.
« Cette attaque a été menée par une personne se présentant comme un journaliste palestinien local. Tout de même, cela marque une évolution inquiétante qui exige que tous les médias opèrent avec une prudence accrue en Cisjordanie et à Jérusalem-Est. Cet incident est également clairement une grave préoccupation pour les forces de sécurité israéliennes. En tant que FPA, nous essayons de travailler en étroite collaboration avec l’armée et la police des frontières pour nous assurer que la coordination est claire et que tous les dangers sont minimisés. Nous demandons instamment la poursuite de cette coopération et de coordination afin d’éviter toute attaque de ce type ne se reproduise à l’avenir ».

terroriste-journalisteomri-levi-soldat-tué

L’Association de la presse étrangère (FPA) : http://bit.ly/1pfFckm 
http://www.ynet.co.il/ : http://bit.ly/1Pwm3JPhttp://bit.ly/1Gnw610 

Le tombeau de Joseph a été incendié par une centaine de palestiniens

Dans la nuit de vendredi le tombeau de Joseph a été incendié par une centaine de palestiniens.


Israël en France.
    A quoi ressemble la vie quotidienne des Israéliens ? Pour la première fois depuis le début des attentats terroristes palestiniens contre Israël, le journal de 20h de  France 2 a fait, jeudi soir, le récit de la vie quotidienne d’un jeune franco israélien sous la menace.

Prudence, peur, inquiétude. La réalité israélienne. Pour la première fois aussi,   la diffusion de la vidéo amateur ne s’est pas arrêtée à l’attaque du terroriste mais a témoigné de la peur,  les réactions paniques, de l’état de choc des témoins ou les pleurs des Israéliens. Des réactions humaines qui n’avaient pas été montrées jusqu’à présent.

Face à la vague de violence à laquelle il est confronté depuis près de deux semaines, Israel a décidé de réagir expliquait jeudi Direct matin comme la plupart des médias. Mais aujourd’hui, les mesures sécuritaires et judiciaires prises, par Israël, en représailles à de nouveaux attentats sont présentées aujourd’hui d’un point de vue palestinien, comme une punition collective. Le reportage du journaliste de France info Benjamin Illy fait néanmoins entendre les  slogans des enfants palestiniens qui crient Allah Akbar (7h30)

 Contexte Proche et Moyen – Orient.

Réunion d’urgence vendredi du conseil de sécurité de l’ONU pour mettre fin aux violences.

Journée à haut risque à Jérusalem. Le Hamas lance un appel à la violence et aux attentats contre Israel.  Les forces israéliennes se préparent à protéger les transports publics et les principales artères de Jérusalem

Dans la nuit de vendredi le tombeau de Joseph a été incendié par une centaine de palestiniens. Bien que les autorités palestiniennes aient tenu à condamner cet acte, cette attaque contre un haut lieu saint du judaïsme fait suite à l’appel du Hamas à la ” journée de la révolution”.

Netanyahou prêt à rencontrer Abbas. Une nouvelle fois le 1er ministre Netanyahou s’est dit prêt à reprendre les négociations. Mais M. Abbas n’est pas disposé à me rencontrer », a regretté Benyamin Netanyahou. Les deux parties se doivent de  « réduire les flammes » du conflit. « Nous ne pouvons pas avoir à la fois la terreur et la paix. Arafat a tenté de le faire et nous avons vu où cela nous a conduit ». (Times of Israel)

Les migrants en Méditerranée

Les migrants en Méditerranée : destination l’Europe, la Turquie mais aussi Israël,   l’Egypte, la Tunisie, l’Algérie selon les médias israéliens.

Israël en France. Plusieurs sujets israéliens occupent aujourd’hui l’actualité des médias français.

La cour suprême israélienne met fin à la détention  d’un prisonnier palestinien. L’ensemble des médias d’informations généralistes prend brièvement acte de la décision de la cour suprême israélienne de libérer le prisonnier palestinien M. Allan pour des raisons médicales. “Pour le moment, en raison de l’état de santé du gréviste de la faim, l’ordre de détention administrative n’est plus en vigueur”, a indiqué la Cour suprême.

Mobilisation sécuritaire des villages palestiniens. En même temps que les autorités israéliennes multiplient les arrestations de religieux radicaux israéliens, des ONG israéliennes se mobilisent aux côtés des Palestiniens pour prévenir de toutes exactions de groupuscules radicaux (Figaro)

Matisyahu : soutien des autorités espagnoles et israéliennes.  Libération est le seul quotidien aujourd’hui à rendre compte de l’annulation du concert de l’artiste américain Matisyahu en raison de son judaïsme et des pressions du mouvement du BDS le concernant.

Un boycott culturel d’Israël auquel s’ajoute un boycott universitaire dont rend compte l’Opinion aujourd’hui.

Israël, l’innovation en mouvement. A travers l’ouverture de la conférence scientifique mondiale à Jérusalem réunissant 15 prix Nobel, le journaliste Cyril Lacarrière explique comment Israel avance et innove, quels que soient les obstacles et le contexte régional. Car ” porté par ses capacités d’innovation, Israel continue de s’afficher parmi les pays les plus dynamiques en matière de Start-up (L’Opinion)

Contexte Proche et Moyen-Orient

Migrants, réfugiés, immigrants. Selon les médias français, la Grèce et L’Italie auraient accueillis au mois de Juillet, près de 107 000 migrants tandis que l’Allemagne, principale terre d’accueil en Europe, devrait accueillir cette année jusqu’à 800 000 demandeurs d’asile.

Le problème numéro 1 de l’Europe. Si l’accueil et le sauvetage des migrants est désormais une préoccupation majeure des gouvernements et médias européens, il faut noter une absence de couverture des migrants qui cherchent à fuir les guerres civiles mais en restant de l’autre côté de la Méditerranée.

Un problème aussi pour des pays au Proche-Orient.  Nombreux sont en effet les Erythréens, les Soudanais, les Yéménites qui fuient les conflits qui ensanglantent la région pour tenter de se réfugier, non seulement au Liban ou en Jordanie mais aussi en Egypte, en Tunisie ou en Israel.

Israël mobilisé contre le Djihad islamique

Depuis jeudi, l’armée israélienne s’est mobilisée en prévision d’une attaque de l’organisation terroriste du Djihad islamique.

Iron Dome. Selon les médias israéliens, c’est d’abord le sud d’Israel, aux abords de la bande de Gaza,  qui a été sécurisé par la mise en alerte du système de défense anti missiles ” Dome de fer”.

Mais c’est du Nord d’Israël, en Syrie que sont venues les attaques à la roquette. Jeudi soir, le plateau du Golan  a été bombardé par 4 obus lancés depuis des positions tenues par des forces militaires fidèles au régime Assad.

Des tirs imputés au djihad islamique. Le ministère israélien des Affaires étrangères a dénoncé une “attaque terroriste” menée “sans aucune provocation de la part d’Israël”.

Double riposte de Tsahal. Dans un premier temps, Israel a riposté dans la nuit en frappant 14 positions militaires par des moyens aériens dans la région de Quneitra.

Vendredi matin, l’aviation a lancé un second raid de représailles en Syrie contre un véhicule transportant les terroristes responsables des bombardements de la veille sur Israel. Selon un officier supérieur cité par Ynet, l’attaque se serait produite à15 kilomètres  environ de la frontière israélienne, dans une région entièrement sous contrôle de l’armée syrienne.

Les individus seraient tous des membres du jihad islamique palestinien soutenu par l’Iran.

Le premier ministre Nétanyahou  a confirmé vendredi que ceux qui avaient tiré des roquettes contre Israel avaient été mis hors d’état de nuire et qu’Israël avait également frappé les forces syriennes, qui « ont permis » ces attaques à la roquette contre Israel.

Lundi, le ministre de la Défense, Moshe Yaalon, avait déjà prévenu que l’Iran souhaitait ouvrir un nouveau front terroriste sur le plateau du Golan. “Ceux qui cherchent que cela ne soit pas calme ce sont les Iraniens, qui tentent de lancer des attaques terroristes par procuration contre nous. » (Times of Israel)

Condamnations des autorités israéliennes et espagnoles

Un artiste juif américain boycotté en Espagne. Condamnations des autorités israéliennes et espagnoles. “L’ambassade d’Israël à Madrid condamne sans appel l’annulation du concert de Matisyahu, décidée pour des raisons de censure idéologique à connotation antisémite”.

“L’Espagne réitère son opposition aux campagnes de boycott contre Israël, a déclaré la diplomatie espagnole dans un communiqué, ajoutant “qu’Exiger une déclaration publique de lui seul est une façon d’agir qui viole sa conscience et qui, si elle a été déterminée par l’identité juive de Matisyahu, remet en cause le principe de non discrimination”.

Israël en France. L’actualité israélienne est trop faiblement traitée aujourd’hui dans les médias français pour faire l’objet d’une analyse éditoriale représentative.

Moyen- Orient.

Syrie.”Il y a en Syrie une domination iranienne,  une mainmise totale sur le pays témoigne l’une des co-fondatrice du conseil national syrien, Bassma Kodmani, interrogée mercredi matin sur France inter ( 7h50).

“Les grandes puissances s’accordent sur la priorité à donner à la lutte contre le terrorisme islamiste de Daech  confirme l’Editorial de Guillaume Goubert dans la Croix. Selon l’état-major français cité par Claude Angelli,  au moment de leur recrutement, les futurs militaires syriens rebelles formées par les USA seraient incités à signer un engagement à combattre en priorité l’EI et non les forces de Bachar el Assad (Canard Enchainé).

Contexte Proche et Moyen-Orient

La Cour suprême israélienne statue mercredi sur la demande de remise en liberté Mohammed Allan pour raisons médicales. Depuis deux mois, le prisonnier palestinien a entamé une  grève de la faim pour protester contre sa détention administrative. Actuellement, plusieurs radicaux religieux israéliens suspectés de projets terroristes font l’objet du même traitement judiciaire.

Vers une libération le 3 novembre prochain ? Selon les médias israéliens, le 1er ministre Benjamin Netanyahou proposerait de relâcher l’avocat en lien avec le Dijah islamique, le 3 novembre prochain, à la fin de sa détention administrative.

Nouvelle inculpation dans les milieux radicaux israéliens.

Un nouveau membre issu de groupuscules religieux radicaux a été inculpé après avoir menacé la vie de deux agents du Shin bet et d’un procureur de justice (Times of Israël)

 Rencontre Herzog- Abbas.

Le Leader de l’opposition israélienne a rencontré le Président palestinien Abbas à Ramallah et appelé à travailler pour prévenir d’une autre intifada. Le chef du parti travailliste a affirmé “qu’Israël et les Palestiniens pouvaient négocier un accord de paix en deux ans, par un effort diplomatique direct entre nous et les Palestiniens, » a-t-il ajouté (Ynet)

 Tensions Fatah/ Hamas

L’AP accuse le Hamas  de vouloir entériner politiquement la séparation des Territoires palestiniens “en tentant de parvenir à un accord avec Israël”. Le bureau du Premier ministre israélien a tenu à “clarifier officiellement qu’Israël ne tient aucune réunion avec le Hamas, que ce soit directement ou par l’intermédiaire d’autres pays”.

 Des membres du Fatah à Gaza appellent l’Iran à lutter contre Israël.

Selon un reportage diffusé sur une  chaine de télévision iranienne, des membres de l’organisation terroriste des brigades des martyrs al Aqsa, affiliées au Fatah,  demandent l’aide de l’Iran pour lutter contre Israel (Times of Israel)

eizenkotbibiyaalon« Tout n’est pas calme sur le front du Golan, » a déclaré le ministre de la Défense Yaalon, « et ceux qui cherchent que cela ne soit pas calme ce sont les Iraniens, qui tentent de lancer des attaques terroristes par procuration contre nous. » ( Times of Israel)

 Un artiste juif américain boycotté en Espagne. Condamnations des autorités israéliennes et espagnoles.

 “L’ambassade d’Israël à Madrid condamne sans appel l’annulation du concert de Matisyahu, décidée pour des raisons de censure idéologique à connotation antisémite”.

“L’Espagne réitère son opposition aux campagnes de boycott contre Israël, tout comme elle réaffirme sa position ferme en faveur d’une solution négociée du conflit” israélo-palestinien, a déclaré la diplomatie espagnole dans un communiqué.

Le ministère espagnol des Affaires étrangères apporte aussi son soutien au chanteur américain : “Exiger une déclaration publique de lui seul est une façon d’agir qui viole sa conscience et qui, si elle a été déterminée par l’identité juive de Matisyahu, remet en cause le principe de la non discrimination ( et non de “discrimination” comme l’a écrit par erreur  l’AFP en France) sur laquelle toute société plurielle doit être fondée.”

Le chanteur de reggae Matisyahu devait se produire samedi au festival de reggae Rototom SunSplash en Espagne. “Le festival a insisté pour que je précise mes opinions personnelles, ce que j’ai ressenti comme une pression assez claire, déplore l’artiste américain.

BDS, une entreprise extrêmement douteuse, estime Laurent Joffrin dans un éditorial

666446_CBDS, une entreprise extrêmement douteuse, estime Laurent Joffrin dans un éditorial.  “La modération est parfois trompeuse”, prévient le directeur le Rédaction de Libération. Car “le fondateur de BDS rejoint, sous les atours d’une action légale et pacifique, les mouvements les plus extrémistes”


Israël en France.
 Tel-Aviv sur seine,  et après ?
Un mea culpa de Libération ? Le quotidien de gauche qui a pourtant mis tout en œuvre la semaine dernière pour médiatiser et politiser la polémique initiée par les opposants à la tenue de journée de Tel Aviv à Paris Plage, a publié ce week end un éditorial intitulé “BDS, dessous d’un boycott “

BDS, une entreprise extrêmement douteuse, estime Laurent Joffrin. Après que son journal ait donné la parole au BDS, (Libération, 13 Août), le directeur de Libération fait aujourd’hui part de son analyse du mouvement à l’origine de la contestation.

“La modération est parfois trompeuse, prévient Laurent Joffrin. “En apparence, le mouvement BDS qui a été au premier rang de la protestation contre l’opération «Tel-Aviv sur Seine» organisée par la maire de Paris, tient un discours raisonnable.”

Des amalgames inacceptables
Mais “quand Omar Barghouti, animateur et cofondateur de BDS, met Israël sur le même plan que le Soudan du général El-Béchir,  où la guerre civile et la répression ont causé quelque 2 millions de morts, il pratique un amalgame inacceptable.” souligne Laurent Joffrin.

D’autant que “dans certains textes, le même Omar Barghouti compare aussi les Israéliens à des nazis…”

Une critique unilatérale contre Israël
“Les militants du boycott, poursuit le Directeur de la rédaction de Libération, qui agissent en principe au nom de valeurs universelles – le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et le droit international – se gardent bien de dénoncer les atteintes à ces principes quand elles sont le fait de certaines forces palestiniennes, par exemple le Hamas qui gouverne Gaza en pratiquant une répression impitoyable et qui use lui aussi de moyens de lutte cruels et contraires aux conventions internationales.”

Mais l’essentiel n’est pas là, prévient Laurent Joffrin.
La charte de BDS, en effet,  “exige aussi le retour sans conditions des réfugiés palestiniens sur leur terre d’origine. Là aussi, sous une apparence logique, cette revendication révèle la vraie nature des dirigeants de BDS”

“Barghouti prône une solution à un seul Etat “, comme le Hamas, dénonce avec force le directeur de Libération. “Le Hamas qui prévoit, lui, que cet Etat unique sera un Etat islamique et qui reprend à son compte, dans sa charte, les clichés antisémites les plus éculés”

C’est pourquoi Libération met en garde
Attention à l’instrumentalisation. “Le fondateur de BDS rejoint, sous les atours d’une action légale et pacifique, les mouvements les plus extrémistes dénonce le Directeur de la Rédaction
“Ainsi beaucoup de militants sincères, qui croient lutter pour le droit international, risquent de se retrouver instrumentalisés au profit d’une entreprise extrêmement douteuse.” (Libération)

Paris plage sous surveillance : 500 policiers mobilisés

11846654_1599178087001263_7410111446375536419_n

Le 1er Ministre Manuel Valls appelle à la fin du déferlement de bêtise et apporte son soutien  total à l’initiative de la Ville de Paris et à la journée festive de Tel Aviv sur seine à Paris Plage.

Israël en France.  “Paris plage sous surveillance”. 500 policiers mobilisés pour assurer la sécurité des visiteurs. Un rendez-vous festif et culturel pour la Mairie de Paris mais une provocation pour ses détracteurs qui organisent une contre- manifestation (RTL, 7h30).

Il semble aujourd’hui plus instructif de constater ce qui n’est pas ou peu mentionné dans les médias que de définir une analyse éditoriale.

Valls ne fait pas la Une. Au contraire et malgré un traitement médiatique très important ce matin dans les journaux d’informations des radios généralistes (RTL, France Inter, Europe 1, France info), la prise de position du 1er Ministre Valls sur les réseaux sociaux est peu reprise, y compris sur les médias en ligne généralistes. Relayé régulièrement par la presse écrite quotidienne nationale, son appel à la raison et au bon sens ne fait pas néanmoins l’objet de titre, d’accroche, ou d’intertitre, à l’exception d’une simple brève dans le quotidien économique les Echos.

Les opposants à la Une.   Depuis le début de la semaine, les opposants à cette journée israélienne à Paris auront fait l’objet d’une attention médiatique particulière. Interrogés régulièrement sur France inter, France info ou Europe 1, à des heures de grande audience, ils ont pu exprimer leurs opinions et largement médiatiser leur contestation. Interrogé jeudi matin sur Europe 1 (8h20), après France info mercredi ( 7h45), le secrétaire général du parti de gauche,  Eric Coquerel, rejette pourtant toute idée d’avoir mis de l’huile sur le feu et même d’être à l’origine de la mobilisation contre cet évènement qu’il espère voir se passer au mieux.

La voix des Parisiens inaudible.   A part France Info ce matin et Europe 1 hier, très peu de grands médias se font l’écho de la parole d’Israéliens de Tel Aviv, de franco israélien ou de Parisiens. Axés sur les commentaires politiques ou les mesures de sécurité, le traitement de l’information n’aura été jusqu’ à présent que politique alors que l’évènement se voulait populaire. Seul le Parisien donne aujourd’hui la parole à DJ français, ayant vécu à Tel Aviv, “qui a accepté de participé à cette soirée pour faire connaître la ville” ( Encadré le Parisien)

Pourtant, lorsque des citoyens ont  la parole, comme mercredi  lors de l’émission de Jean Marc Morandini, le grand Direct des médias (Europe 1 – de 9h à 11h) présentée cet été par Thomas Joubert, la majorité des personnes intervenues à l’antenne ont semblé outrées par une  polémique déplacée qui attise les tensions d’un conflit qui n’a pas lieu d’être importé en France.

“Cela n’a rien à voir avec le drame palestinien”. “Je ne comprends pas que cette manifestation fasse polémique” déclare Valérie Pécresse jeudi matin sur RTL. Il s’agit d’une polémique scandaleuse aux relents antisémites, estime la députée des Yvelines, qui “n’a rien à voir avec le drame palestinien.

“Ridicule et démesuré”. C’est  l’avis du quotidien libéral l’Opinion. La journaliste Béatrice Houchard déplore “la fête oubliée de Tel Aviv sur seine”. l’Opinion estime en effet que “l’extrême gauche s’est déchaînée et que, ce qui devrait être qu’une rencontre festive, “a pris un tour politique ridicule et démesuré”. Comme l’admet aussi Libération, “une seule opposante de gauche a réussi à entailler sa majorité municipale”‘.

Pourtant, Libération estime à sa Une que par son initiative, la Mairie de Paris  a relancé “le débat sur les moyens de mettre un terme à la colonisation”. Dans un éditorial titré “Courage” la directrice adjointe de la rédaction, Alexandra Schwartzbrod, appelle même au “boycott des produits israéliens”. Des prises de positions très affirmées bien loin des intentions des organisateurs de cette journée. Comme l’a déclaré le 1er Ministre Manuel Valls  : ” Halte au déferlement de bêtise”

“Venez nombreux demain”, lance Anne Hidalgo aux Parisiens

Picture15436783785
Israël en France.   “Venez nombreux demain”, lance Anne Hidalgo aux Parisiens (Le Monde, Le Parisien). Tel Aviv prendra donc ses quartiers d’été, jeudi, à Paris, l’espace d’une journée, de 10h00 à 22h00 entre le Pont d’Arcole et le Pont Notre-Dame.

Anne Hidalgo défend Tel Aviv sur Seine (Les Echos). Avec sa tribune parue dans le Monde, La Maire de Paris tient à défendre son partenariat avec Tel Aviv. “Je ne serai rendre une ville ou une population comptable de son gouvernement” (La Croix, Le Parisien, Les Echos).

 “Ce serait mépriser la démocratie locale et donc la démocratie tout court” (Le Monde). “Au Moyen-Orient comme ailleurs,” explique Anne Hidalgo. “La doctrine de Paris est intangible : elle consiste à encourager plutôt qu’à réprimander, à échanger plutôt qu’à boycotter, à dialoguer plutôt qu’à excommunier”. C’est dans cet esprit que j’invite les Parisiennes et les Parisiens à venir nombreux.” (Le Monde).

Ne pas donner raison aux radicaux.

“Les militants du BDS n’auront pas le dernier mot”, a confié à i24news, Patrick Klugman, l’Adjoint au Maire de Paris (PS), Chargé des Relations internationales et de la Francophonie.

“Annuler cette manifestation nous aurait conduit de fait à donner raison aux éléments les plus radicaux, hostiles à l’invitation de Tel Aviv à Paris-Plages”, met en garde Bruno Julliard, le 1er adjoint de la Ville de Paris (Europe 1 – 8h20).

“Le contexte n’est jamais le bon si on doit céder aux radicaux qui, en tout état de cause refuseront le moindre dialogue, le moindre échange avec des villes israéliennes,” souligne le numéro 2 de la Marie de Paris,

Car la polémique enfle constate le Parisien.

Les critiques ont grimpé d’un cran hier  rend compte le journaliste Charles de saint Sauveur, qui constate déjà “le lot de commentaires antisémites” sur les réseaux sociaux.

 La Mairie de Paris s’inquiète aussi des dérives antisémites.

“Il y a des militants pro palestiniens de bonne foi, qui n’en sont pas du tout antisémite”, admet Bruno Julliard.  En revanche pour une partie de ces opposants,  il y a beaucoup de réactions irrationnelles, “qui libèrent une parole antisémite”(Europe 1)

“De là peuvent venir des débordements.” Il faut de la part de tout le monde, y compris  de ces opposants ” une condamnation extrêmement claire et totale de la parole antisémite”, réclame Bruno Julliard (Europe 1)

” Julliard : Danielle Simonnet veut excommunier les Israéliens.”

“Nous avons avec la conseillère du Parti de Gauche, “un désaccord profond, stratégique, pour construire la paix”. “Elle veut excommunier les Israéliens, le peuple israélien, les villes israéliennes” et nous, au contraire, nous estimons que c’est en communiant, en dialoguant avec ceux qui partagent nos valeurs. Ce n’est pas en punissant  le peuple israélien, la ville de Tel Aviv que nous aiderons à construire la paix. ” (Europe 1)

Eytan Schwartz ne comprend pas la polémique et espère que la fête ne sera pas gâchée (le Parisien).

Le  conseiller travailliste de la mairie de Tel Aviv rappelle que “c’est un évènement que nous avons lancé en 2009,  pour présenter Tel Aviv au reste du monde, comme une ville vibrante, ouverte, une destination pour les touristes et les entrepreneurs. C’est une opération qui s’est déjà rendue à New York, Copenhague ou Saint-Pétersbourg. “Malheureusement, quand il est question d’Israël, il n’est pas inédit que les gens expriment leur désaccord, mais on n’avait encore rien vu de cette intensité” ( Times of Israël)

“Pourquoi politiser ainsi un événement culturel et attiser les tensions ?”

Il faut noter l’interview militant du secrétaire général du parti de Gauche, Bruno Coquerel,  mercredi matin sur France Info (7h45), et les questions du journaliste qui a tenté, à plusieurs reprises, pour une meilleure information des auditeurs,  d’ouvrir le dialogue en soulignant que cette manifestation d’une journée : “Ce n’est pas Netanyahou plage”. En rappelant que “la mairie de tel Aviv est dirigée par l’opposition à B.Netanyahou.” Ou en objectant à des propos belliqueux, “qu’il n’y a pas que la guerre en Israël. “Pourquoi politiser ainsi un événement culturel et attiser les tensions ?”

A Noter aussi. L’interview d’Amos Gitaï dans Libération qui, comme mardi sur France Inter n’a pas été interrogé sur la polémique en cours à Paris.

11224526_1597934177125654_1037018100058558443_n

Eitan Schwartz : Nous saluons le courage de Madame Hidalgo

Nous saluons le courage de Madame Hidalgo qui a rejeté les pressions pour faire annuler Tel Aviv sur Seine, a déclaré le  conseiller du Maire de Tel Aviv, Eitan Schwartz (Encadré le Parisien)

“Je suis scandalisé par cette polémique aux relents antisémites” a déclaré député républicain Eric Ciotti (Europe 1– 8h20). “C’est à cause des alliances contre nature du PS avec l’extrême gauche à la mairie de Paris”. “Israel est une grande démocratie, a-t-il tenu à souligner,  que nous devons soutenir car elle constitue un point d’équilibre majeur dans la région. “

Une importation du conflit. “Il y a en France, une nostalgie de la guerre civile estime le directeur du magazine Marianne, Joseph Macé Caron (Europe 1   – 7h55). “Il y a des gens, ici, qui veulent importer la guerre civile. Contrairement aux Israéliens et aux Palestiniens il y a un manichéisme français.”

“Le phénomène d’extrémisme n’existe pas seulement en Israel”, a commenté mardi matin le célèbre réalisateur israélien Amos Gitaï,  “mais dans toutes les sociétés y compris en France où il y a “des forces autoritaires antisémites.” (France Inter à 7h50)

Tandis que le Figaro se focalise aujourd’hui sur les moyens de sécurités mis en place pour parer à tous débordements jeudi à Paris Plage, Libération s’écrie ne confondons pas tout ! “Ne répondons pas à l’intolérance par l’intolérance”. “Il ne faut pas se tromper de combat”, explique la directrice adjointe de la Rédaction dans un éditorial.  Il lui parait en effet “dangereux de faire des faire des amalgames et de stigmatiser tout ce qui est israélien”.

“Une ville n’est pas un Etat !” S’il y a un endroit au monde où l’on sent une aspiration forte à la liberté et à la paix, c’est bien Tel-Aviv, explique Alexandra Schwartzbrod, qui omet néanmoins de dénoncer les propos antisémites, anti israéliens qui animent les réseaux sociaux et qui ne relèvent en rien de la défense de la Paix ou des Palestiniens mais seulement de la haine.

tel-aviv-beach La polémique réussira-t-elle à gâcher les festivités prévues jeudi prochain s’interrogent les médias israéliens. Effectivement aucun média français à part le Parisien lundi ne rend compte des festivités prévues.  Cette événement, qui ne dure qu’une journée a pour but de mettre à l’honneur « la bulle » comme il est coutume d’appeler Tel Aviv.  Diverses activités au programme : matkot, initiations culinaires, Beach party.

 

Table of Contents